Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.

Ne laissez pas les autres raconter des c…….. sur votre projet

Par le 22 décembre 2014

« What work do you do? I’m a standup philosopher. »

« Oh. A bullshit artist. »

« *Grumble* »

« Did you bullshit anyone this week? »

« No. »

« Did you try to bullshit anyone this week? »

« Yes. »

– Mel Brooks, L’histoire du monde, Part I, dans un bureau de l’emploi romain

J’ai beaucoup réfléchi au choix sémantique que je devais adopter pour ce billet, pour traduire l’expression anglo-américaine Bullshit. J’ai tout d’abord tenté une approche policée : fadaise ? Baliverne ? Faribole ? Billevesée ? Mais si l’on apprécie leur côté délicieusement désuet, aucun de ces termes ne restitue la potentialité destructive de l’expression suivante : une connerie.

Car c’est bien de cela dont nous allons parler aujourd’hui : il se trouve que certaines personnes racontent des conneries sur votre projet.

Elles peuvent prendre des formes diverses :

  • Le produit du projet : « leur solution ne marche pas ! Y a des bugs gros comme une maison… »
  • L’organisation du projet : « ils galèrent en ce moment ! », « c’est vraiment le bazar, ce projet ! »
  • L’avancement du projet : « ils ne vont jamais tenir les délais ! »
  • Les compétences de l’équipe projet : « comment tu veux qu’ils s’en sortent, ils sont nuls en (remplacez par la compétence de votre choix) »

Je suis sûr que vous ne manquez pas d’idées ou d‘exemples vécus pour compléter la liste.

La théorie de la montagne de m….

« La quantité d’énergie nécessaire à réfuter une connerie est d’un ordre de magnitude supérieur à celle qui l’a produite. »

Cette citation attribuée à Alberto Brandolini, un consultant en informatique italien, serait une formulation d’une théorie proposée par un autre italien, Uriel Fanelli, la théorie dite « de la montagne de merde » (Teoria della montagna di merda).

Mise en situation :

  • La connerie : « ils vont jamais tenir les délais » = 4 secondes
  • Les effets collatéraux de la connerie : stress du commanditaire > demande de reportings plus denses en information et plus rapprochés
  • L’effort nécessaire pour réfuter la connerie et montrer que le projet sera bien livré dans les temps : 3 heures

Bien sûr, certains d’entre nous prennent du plaisir à l’alpinisme, et apprécient le défi que représente le rétablissement de la vérité. Mais pour d’autres, que d’énergie dilapidée, qui ne sera pas mise au profit de la production des livrables.

Comment éviter la formation des pics montagneux ?

  • Il vaut mieux sur-communiquer que sous-communiquer : l’absence de communication sur un projet génère un vide habitable, et la nature ayant horreur du vide, ce dernier sera comblé… avec ce qui passe !
  • Soyez factuels quand vous parlez de votre projet : plutôt que « tout va bien », préférez « nous allons livrer le lot 1 le 10 mars comme prévu ». Les faits laissent peu de prises à l’interprétation et à la déformation ;
  • Rendez vos informations d’avancement visibles et lisibles : le fait de les mettre à disposition sur un espace partagé, par exemple, ou affichés sur la porte de votre bureau, montre que vous n’avez rien à cacher et qu’il n’y a pas de « squelette dans le placard »;
  • Exemplarité : c’est parce que vous éviterez de colporter des rumeurs sur les projets des autres que l’on évitera d’en colporter sur le vôtre ;
  • Désamorcez les conneries au plus tôt :
    • sachez distinguer ce qui est vrai de ce qui est supposé, et reformulez-le pour que votre interlocuteur puisse aussi faire cette distinction.
    • faites le sphinx : bien souvent, un silence, par la gêne qu’il occasionne, suffit à montrer à votre interlocuteur que vous n’approuvez pas le message qu’il vous adresse ;
    • ou au contraire grossissez le trait jusqu’à la caricature : « en fait, ce n’est pas 2 semaines, mais 2 ans de retard que nous allons avoir ! A moins que ce ne soit 2 heures ?»

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.