Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.

Le projet peut-il se passer de réunions ?

Par le 26 janvier 2015

 

Si le projet est un organisme vivant, alors les réunions en constituent le battement de cœur. Elles irriguent le métabolisme avec les acides aminés dont il a besoin (les informations techniques et les informations d’avancement), et lient l’ensemble des organes (les parties prenantes du projet) entre eux.

Ces réunions peuvent être de différentes natures, et elles vont idéalement ponctuer la vie du projet avec une régularité métronomique :

Le projet peut-il se passer de réunions ?

Néanmoins, il peut arriver que le rythme cardiaque ne soit pas sinual, et que le chef de projet se trouve confronté à 2 types de symptômes.

La tachycardie

Dans cette situation, le projet se caractérise par un enchaînement rapide de réunions. Pire, il ne progresse que lors de ces moments collectifs, c’est à dire qu’il y a peu, voire aucun travail en autonomie de la part des équipiers (qui de toute façon n’auraient pas le temps de produire quoi que ce soit, vu qu’ils sont constamment en réunion !).

Qu’est-ce qui conduit à cette accélération ? Dans certaines entreprises, le fractionnement du temps des collaborateurs entre leurs activités courantes et les projets auxquels ils contribuent fait qu’ils peuvent difficilement polariser leur activité sur la production d’un livrable pour un projet. Les réunions deviennent alors pour eux des moments privilégiés pour « passer du temps sur le projet ».

Il peut aussi arriver que la complexité organisationnelle induite par une mauvaise gouvernance du projet (périmètre de responsabilités et de prises de décision obscurs) ne permette pas aux équipiers de travailler de façon indépendante.

Enfin, la tachycardie peut être symptôme d’anxiété de la part du commanditaire du projet, qui, ne se sentant pas suffisamment en prise avec le projet, ou mal informé, exige des revues de projets plus rapprochées.

Le chef de projet devient planificateur et animateur de réunions, et si les équipiers les moins autonomes y trouvent éventuellement leur compte, les plus autonomes risquent de se désolidariser (ce qui conduira à terme à une balkanisation de l’équipe).

La bradycardie

A l’inverse, il peut arriver que les moments collectifs soient quasi-inexistants au sein du projet. Le chef de projet se transforme alors en « passe-plats » : chaque expert travaille de façon indépendante, soumet ses questions et livrables au chef de projet, qui se charge de les redistribuer aux autres équipiers, sans réelle concertation collective. L’équipe projet est alors plus une collection d’individualités qu’un collectif soudé.

Trouver la bonne fréquence cardiaque

Les excès ou les manques de travail collectif peuvent donc se révéler toxiques. Mais comment trouver la bonne fréquence cardiaque, le bon rythme de réunions dans le projet ?

  • Une meilleure lisibilité sur la répartition des tâches : un RACI et un diagramme d’attribution peuvent contribuer à clarifier qui est responsable de quoi dans le projet, et à mettre en évidence les tâches qui supposent de la concertation, et celles qui peuvent être réalisées de façon autonomes par les équipiers.
  • La règle des 50/50 : il s’agit d’un repère dans la gestion du temps du chef de projet consacré à l’animation de son équipe > 50% du temps passé en réunion, 50% du temps en entretiens bilatéraux avec les équipiers du projet (en fonction de leur degré d’autonomie, certains n’auront pas besoin de plus de 5 minutes, d’autres d’une heure).
  • Éventuellement, dans le cas où le seul moyen de bloquer du temps des équipiers est d’organiser des réunions, faites-le, et transformez ces réunions en ateliers de travail où ils vont travailler seuls ou en binômes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fabien RAYNAUD Il y a 4 années

Le plus important est de bien définir l’objectif de la réunion. POURQUOI fait-on cette réunion ?
Ensuite, ce n’est pas parce que une réunion est récurrente (toutes les semaines par exemple), qu’elle est obligatoirement nécessaire à chaque fois. Optimisons notre temps (et celui des autres intervenants).
.
Fabien RAYNAUD – http://www.FabienRaynaud.com

Répondre
    François Debois

    François Debois Il y a 4 années

    @Fabien : tout à fait d’accord ! C’est un excellent signe de santé dans un projet que de ne pas faire une réunion car elle ne présente aucun intérêt manifeste.

    Dauphin-Gaume Il y a 4 années

    Bien d’accord sur le choix des objectifs. Pour ma part, j’insiste également sur le choix des participants selon le type de réunion et les objectifs de celles-ci. Gérer son temps et celui des autres est primordial pour un avancement concluant en fin de réunion.
    Je n’approuve pas le fait de transformer une réunion en fourre tout …

    François Debois

    François Debois Il y a 4 années

    @Catherine : complètement d’accord. Une réunion de travail qui va mobiliser quelques experts choisis n’est pas une réunion d’avancement avec toute l’équipe. C’est parce que nos réunions sont efficaces qu’elles donnent envie aux participants de s’y consacrer pleinement.

prieur Il y a 4 années

Bonjour,
Il ne semble plus efficace de travailler en Groupes de travail et de faire des réunions plénières plus espacées, donnant le temps à chaque groupe d’avancer.
Les réunions plénières régulières sont cependant nécessaires pour que chacun comprenne le projet dans sa globalité. C’est également le seul moyen d’aboutir à des consensus, gage de qualité.

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.