Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.

S’appuyer sur la sociodynamique pour embarquer des acteurs sur un projet (2/2)

Par le 20 avril 2015

S’appuyer sur la sociodynamique pour embarquer des acteurs sur un projet (2/2)

Comment influencer la dynamique du projet pour obtenir une belle synergie ? Est-il judicieux de persuader quelques opposants (parfois leaders d’influence) pour qu’ils changent d’avis, deviennent vos ambassadeurs et influencent positivement la grande masse des hésitants ? C’est une tentation dans laquelle nous tombons parfois, et qui amène rarement les résultats attendus…

Appuyez-vous sur l’énergie des acteurs au lieu de vous y opposer

Qui n’a pas assisté à une joute oratoire au cours d’une réunion, dans laquelle les deux protagonistes finissent par ressembler à des enfants jouant à « qui-aura-le-dernier-mot » ? Et que font les autres participants de la réunion pendant ce temps ? Soit le ‘match’ les captive, et ils comptent les points, soit cela ne les passionne pas, et ils se jettent sur leurs smartphones pour faire autre chose…

Si vous tombez dans cet écueil, vous gaspillez beaucoup d’énergie avec ceux qui s’expriment davantage et vous amplifiez ainsi leur audience -donc leur pouvoir d’influence. Certains hésitants sont alors tentés de rejoindre le camp des opposants… Et pendant ce temps, vos alliés d’hier risquent de se décourager devant des débats qui leur paraissent stériles… Bref, toutes les conditions se réunissent pour que l’antagonisme triomphe. Vous obtenez un résultat opposé à ce que vous recherchiez. Conclusion : oubliez le rêve de convaincre les opposants.

Comment réagir alors, lorsque vous êtes confronté à un opposant qui vous interpelle en réunion ? C’est là que vous gagnerez à adopter une posture de coach.

  • Remerciez-le de ses remarques qui soulèvent des points de vigilance, notez ses idées au même titre que celles des autres,
  • Refusez tout marchandage, évitez la polémique,
  • Proposez d’apporter des réponses à tout le monde en général sans rentrer dans un jeu entre lui et vous en particulier.

Ainsi vous utilisez l’énergie des opposants comme une contribution positive à la dynamique globale plutôt que de lutter contre elle, avec tous les effets pervers que cela implique.

Agissez auprès des acteurs clés pour influencer la dynamique

Appliquez la fameuse « stratégie des alliés » : consacrez l’essentiel de votre temps aux constructifs (parfois appelés ‘triangles d’or’), mais aussi aux hésitants et engagés. Sans négliger les opposants, évitez de focaliser sur eux. Placez-vous dans une logique d’optimisation de la dépense d’énergie.

Sociodynamique 2

Une fois repérées les alliances qui émergent spontanément, vous allez ainsi développer les alliances les plus favorables à votre projet

  • Les constructifs et engagés : consacrez-leur l’essentiel de votre temps, sans oublier que les constructifs peuvent s’opposer parfois ; vous devez les soigner en priorité
  • Les indifférents (passifs et hésitants) : faites-les participer, souvent par l’entremise des constructifs ; autant que possible évitez de les braquer, il serait dommage de déstabiliser la dynamique par une maladresse : soignez votre communication
  • les opposants : écoutez-les chaque fois qu’ils ont des raisons qui méritent d’être intégrées, pas si c’est une opposition de principe. Concentrez-vous sur les opposants qui ont du pouvoir ou de l’influence sur les autres et voyez-les si possible dans des situations informelles.

Faire évoluer la dynamique globale peut prendre de multiples formes. Parfois il vous suffira de changer le regard de certains acteurs sur votre projet… Soyez attentif à l’évolution des positions plutôt qu’à la « photographie » de celles-ci à un instant T pour mobiliser les acteurs qui influencent la dynamique vers la synergie.

Nourrissez votre stratégie des alliés

Restez vigilant : une dynamique vertueuse n’est jamais installée de manière définitive !

Vous allez devoir entretenir la mobilisation des constructifs par des feed back positifs, nourrir la reconnaissance autour du chemin parcouru, et capitaliser sur les enseignements liés aux difficultés surmontées.

Ne craignez pas les différends et les critiques :

  • rappelez-vous qu’il est illusoire de vouloir embarquer 100% des acteurs : même concernant des changements correspondant à des succès incontestés, vous trouverez des personnes pour les dénigrer
  • le conflit peut faire partie de la dynamique et n’est pas à considérer comme un échec ! La prise de distance face aux situations conflictuelles vous permettra de restaurer une dynamique favorable.

Quel que soit le contexte, il est essentiel développer une communication aussi ciblée que possible selon les positions et stratégies des acteurs. Quoi qu’il arrive, privilégiez les interactions constructives et restez attentif à la dynamique globale plutôt qu’à la position de tel ou tel acteur en particulier.

Pour aller plus loin : L’élan sociodynamique, de Jean-Christian Fauvet (Editions d’organisation)

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Chatel philippe Il y a 6 années

Ne rien laisser au hasard, ni personne. L’ adhérence positive est source de réussite d’un projet mais ne pas négliger l’énergie négative…

Répondre
    Avatar

    Lemoine Il y a 6 années

    Excellent résumé de clés majeures de la sociodynamique ! Bravo pour votre esprit de synthèse : avis à tous ceux qui n’auraient pas le courage ou pas le temps de lire la totalité de l’article 🙂

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.