Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.

Votre projet s’approche-t-il du Triangle des Bermudes ?

Par le 29 juin 2015

Triangle

Votre projet est lancé. Les délais sont extrêmement tendus, et vous savez que vous allez devoir mobiliser une équipe d’élite pour tenir vos engagements. Heureusement pour vous, il y a Selma. Compétente, toujours motivée par les challenges, et sachant travailler en groupe, Selma est l’équipière rêvée !

Quand vous la sollicitez, il suffit de quelques éléments de contexte pour que Selma montre déjà son enthousiasme pour rejoindre l’aventure.

Mais alors que vous préparez votre réunion de lancement, la manager de Selma pénètre sans ménagement dans votre bureau. Habituellement assez avenante, elle affiche un regard sévère qui vous amène à penser que vous l’avez contrariée.

« Selma ne peut pas travailler sur ton projet. J’ai besoin d’elle pour une autre mission beaucoup plus importante. S’il te faut quelqu’un, ce sera Ingmar ».

Vous bafouillez quelques arguments pour tenter de la faire revenir sur sa décision, mais c’est sans appel. Au revoir la sympathique Selma, et bienvenue au terrifiant Ingmar !

Vous venez de tomber dans le triangle des Bermudes des projets.

Le triangle des Bermudes des projets

Lorsque vous constituez votre équipe projet, vous devez intégrer le fait que vous allez faire « ménage à trois ».

  • Vous !
  • L’intervenant que vous sollicitez pour réaliser une tâche ou un lot de tâches sur votre projet…
  • … et le manager/chef de service de cet intervenant.

Triangle des Bermudes

Ce manager est la seule personne légitime pour valider l’engagement de son collaborateur sur un projet, et libérer éventuellement du temps pour que sa contribution se déroule dans de bonnes conditions.

Il est donc utile d’investir le temps nécessaire en « diplomatie transversale » pour que ce manager soit bienveillant à l’égard de votre projet, au risque sinon de tomber dans le Triangle des Bermudes !

Vous pouvez en effet établir d’excellentes relations avec un intervenant, sans pour autant que ce dernier puisse travailler sur votre projet car son manager l’affectera à d’autres missions qu’il jugera plus prioritaires.

Comment éviter le triangle des Bermudes ?

Vous pouvez mettre en œuvre les 6 bonnes pratiques suivantes :

  1. Commencez par rencontrer le manager avant de rencontrer l’intervenant !
  2. Vérifiez son adhésion au projet et sa connaissance des enjeux.
  3. Sollicitez des compétences, pas des personnes. C’est elle ou lui, en tant que manager, qui saura vous aiguiller vers la personne qui possède les compétences que vous attendez.
  4. Faites preuve de réciprocité : dans la mesure où vous lui demander un service, demandez-lui quel service vous pouvez lui rendre. Le projet peut être l’occasion pour le collaborateur de monter en compétences, de travailler avec d’autres équipes, de rendre l’expertise du service visible du reste de l’entreprise …
  5. Demandez conseil sur la façon d’agir auprès de son collaborateur. Son manager a peut-être des pistes sur les leviers de motivation auxquels son collaborateur sera particulièrement sensible ?
  6. Demandez au manager quel type de feedback il souhaite recevoir sur le travail réalisé par son collaborateur : avec quelle fréquence, sous quelle forme…
  7. Remerciez pour l’aide apportée !

Ainsi préparé, vous bénéficierez normalement de plus de soutien que de résistance… et vous pourrez enfin travailler avec Selma !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.