Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.

5 enseignements de “Game of Thrones” pour les chefs de projet

Par le 9 novembre 2015

« Winter is coming ».

L’hiver arrive. Mais la série fantastique d’HBO nous invite à bien plus qu’à attendre les premiers flocons et préparer nos moufles. Il y a de la passion, des retournements politiques, des guerres fratricides, des alliances inattendues. Les personnages qui peuplent les sept royaumes sont tous pétris d’ambitions, de doutes, de contradictions… comme dans vos projets !

Je vous propose aujourd’hui d’apprendre de leurs forces, de leurs succès, mais aussi de leurs plus grandes erreurs. Voici donc 5 enseignements que nous pouvons tirer de GoT !

1. Privilégiez le « servant leadership » au « control and command »

daenerys-the-ruler

Daenerys Targaryen est une force sur laquelle il faut compter, et pas simplement parce qu’elle est la mère de trois dragons. Héritière légitime du trône de fer, mais sans royaume et sans armée, elle utilise sa compassion comme une épée pour gagner l’amour de milliers d’adeptes. Daenerys gagne le respect de son armée à travers l’optimisme, la détermination, et en offrant à ses sujets quelque chose d’inestimable : la liberté. Tout en se revendiquant reine et en assumant pleinement ce statut, elle se met au service de son peuple et génère autour d’elle une loyauté à toute épreuve.

Ce qui est loin d’être le cas pour Joffrey Baratheon. Joffrey ne gagne pas son pouvoir, il est (à tort) né avec. Dire qu’il n’aime pas ses sujets serait un euphémisme. Il a peu d’égard pour son peuple. Il croit que les gens devraient le respecter en raison de son titre et estime que la peur, et non la compassion, lui permettra d’obtenir une obéissance totale de ses sujets. Cette vision du monde a fini par empoisonner ses relations… jusqu’au moment où ce sont ses relations qui l’ont empoisonné !

Ce que vous pouvez en tirer en tant que chef de projet?

Inversez la pyramide : vous êtes là pour servir votre équipe (d’où l’expression « servant leadership »), et non l’inverse. Utilisez votre énergie, votre enthousiasme et vos talents pour renforcer votre équipe. Communiquez régulièrement avec les membres de votre projet : apprenez ce qui a de l’importance pour eux, ce sur quoi ils excellent, et utilisez-le au profit du projet. Mettez l’accent sur la collaboration, l’empathie et la confiance et fournissez à votre équipe ce dont ils ont besoin pour prospérer.

Ne croyez pas que votre titre de chef de projet sera suffisant pour obtenir une légitimité. Vous devrez la gagner.

2. Prenez du temps pour bien connaitre les différentes parties prenantes

GameOfThrones_E103_04

Il y a des leçons à tirer à regarder Varys, le Maître des Soupirs, qui mobilise son réseau d’informateurs, répartis sur deux continents. Parce qu’il travaille son réseau relationnel, il perçoit et comprend tous les acteurs dans ce jeu des trônes et des faiseurs de roi. Varys dispose toujours de la réponse appropriée, même lorsqu’il y a des retournements de situations improbables.

A contrario, Ned Stark privilégie une approche très légaliste, avec un respect des règles très orthodoxe. Il est dans le process et l’exécution des tâches plus que dans la relation et la compréhension des parties prenantes. Du coup, il ne voit pas tout ce qui se joue autour de lui en termes de manigances politiques, et cela lui fera perdre la tête (au sens propre).

Ce que vous pouvez en tirer en tant que chef de projet ?

Varys nous montre combien il est important de comprendre vos parties prenantes et tous les acteurs clés de votre projet. Qui sont les principaux décideurs, comment répondre à leurs préoccupations et besoins tout en préservant les objectifs prioritaires du projet ?

Travaillez la sociodynamique de votre projet, et repérez au plus tôt les jeux d’influence qui se mettent en place.

3. Déléguez, mais sachez également vous jeter dans l’action

got-jon5

On dirait bien que le mur ne passera pas la nuit.

Avec Ser Alliser blessé et des géants qui matraquent ses portes, l’avenir de Castle Black ne semble pas de bon augure. Mais Jon Snow prend le commandement et aide à corriger la situation rapidement.

Tout d’abord, en reconnaissant ses propres talents, il détermine qu’il serait de peu d’aide pour les archers en haut du mur. Il missionne Ed pour prendre en charge les archers, les lanceurs de pétrole, et les grattoirs muraux. Puis, il demande à Grenn, un homme d’honneur et de leadership, de défendre la porte. Jon Snow fait alors le meilleur usage de lui-même : il se jette au cœur du combat dans la cour et contribue à gagner la bataille.

Ce que vous pouvez en tirer en tant que chef de projet?

Manager un projet, c’est déléguer aux équipiers le pilotage de certains lots en fonction de leurs talents et de leurs motivations. L’organigramme des tâches est à ce titre un outil précieux pour identifier le travail à réaliser et répartir les responsabilités.

Mais il n’est pas pour autant question de nous enfermer dans Castle Black pour attendre que le combat soit terminé : le temps que nous gagnons parce que nous avons bien délégué doit nous permettre de mieux nous concentrer sur ce que nous faisons le mieux.

4. Il y a des combats qu’il vaut mieux éviter

theon-and-lorren-house-greyjoy-34368281-1366-768

Dans le jeu des trônes de la gestion de projet, vous devez savoir quand partir au combat, et quand attendre. Prenez Theon Greyjoy, par  d’exemple. Otage et pupille de Ned Stark, rejeté par son père, avec une sœur heureuse d’usurper son pouvoir, on ne peut pas dire qu’il ait eu une vie facile. Prêt à tout pour prouver sa valeur à lui-même, à son père et à ses hommes, Theon décide de conquérir Winterfell. Mauvaise idée.

Alors que les fer-nés excellent dans le pillage des villes côtières, ils sont beaucoup moins intéressés par le fait de gérer une propriété foncière. Lassés de leur conquête (et avec des ennemis aux portes), l’équipage abandonne Theon, ce qui le conduira à un destin bien tourmenté.

Ce que vous pouvez en tirer en tant que chef de projet ?

Il y a des situations où vous avez envie de partir au combat. Cela peut se traduire par la défense d’une solution dans un comité de pilotage, ou bien une prise d’engagement sur un objectif très (trop) ambitieux.

Apprenez à connaitre vos limites et celles de votre équipe, et assurez-vous de ne pas les franchir. Cela peut être frustrant pour un chef de projet de laisser des questions en suspens lors d’un comité de pilotage, mais dans certains cas, il vaut mieux patienter plutôt de de passer en force.

5. Choisissez le bon équipement

Tyrion_and_Bronn_1x09

Lady Catelyn a probablement fait une grave erreur en accusant Tyrion Lannister de tentative de meurtre sur son fils, Bran. Elle capture et traîne le Lannister jusqu’à la vallée tenue par sa sœur afin qu’il puisse subir son procès. Tyrion choisit l’épreuve par le combat et Bronn, un mercenaire, vient le défendre contre la promesse de l’or.

Bronn affronte Ser Vardis Egen, un homme couvert d’une armure lourde et d’un énorme bouclier. Bronn fatigue rapidement le chevalier, le blesse la jambe, puis l’achève. L’armure lourde de Ser Egen finit par le ralentir beaucoup plus qu’elle ne l’aide dans son combat.

Ce que vous pouvez en tirer en tant que chef de projet ?

Un chef de projet a besoin d’outils de pilotage pour garder son projet sous contrôle. Trop lourds, trop riches en fonctionnalités, ils risquent de ralentir le projet et de l’asphyxier progressivement (exemple : un progiciel de management de projet pour organiser le week-end chez les amis).

Trop légers, ils risquent de le mettre en danger car ils ne le protègeront pas des changements d’environnement, des risques… (exemple : un tableur Excel pour piloter l’organisation des prochains JO). Le défi est donc de trouver le bon outil en fonction des besoins de pilotage du projet.

Il y a bien d’autres enseignements à tirer de cette formidable série, et l’on peut se demander quel personnage ferait le meilleur chef de projet. Pour ma part, je miserais mes dragons d’or sur Tyrion, qui réunit les compétences techniques et relationnelles appropriées pour survivre dans un environnement qui lui est très hostile.

Et vous, qui verriez-vous dans le rôle ?

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Jana Il y a 5 années

cool article

Répondre
    Avatar

    Kate Il y a 5 années

    et Kaamelot est plus rigolot … on peut retenir la phrase unique ‘sorter vous les doight du … !!!’ qui eut aussi être utiliser par le leader pour faire avancer son équipe 🙂

Avatar

bruno Il y a 5 années

post intéressant.
je me suis toujours dit qu’il y avait aussi dans kaamelot un potentiel d’illustration très riche sur les projets à la dérive.

Répondre
    François Debois

    François Debois Il y a 5 années

    @Bruno : je confirme ! Et la quête du Graal est un vrai projet !!!

    Avatar

    Antoine Il y a 5 années

    @Bruno : je suis totalement d’accord avec toi.
    J’avais d’ailleurs traité le sujet des réunions sur le thème de Kaamelot https://www.perfony.com/fr/2015/12/09/les-reunions-a-kaamelott/

    François Debois

    François Debois Il y a 5 années

    @Antoine : merci pour ce partage, qui m’a bien fait rire ! (et je suis particulièrement sensible à Kaamelot pour avoir écrit la série de BD la Quête du Graal!)

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.