Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.

Manger un éléphant ? C’est possible avec la bonne gestion de projet !

Par le 23 novembre 2015

Savez-vous comment manger un éléphant ?

Je vous laisse 7 secondes pour réfléchir.

TIC TOC TIC TOC TIC TOC TIIIIIIIC !

Ça y est, vous avez trouvé ? La réponse est évidente : en mangeant une bouchée à la fois !

Manger un éléphant ? C'est possible avec la bonne gestion de projet !

 

 

Nos projets sont parfois des éléphants

Quel rapport avec votre projet ?

Imaginez tout simplement que votre projet soit également votre éléphant. Bien souvent, lorsque vous avez un objectif ambitieux à réaliser, vous regardez la charge éléphantesque qu’il vous faudra accomplir pour y arriver. S’il est essentiel d’embrasser une vision globale du plat de résistance, il n’est pas évident de savoir où donner le premier coup de fourchette, et les effets de bord peuvent être de deux ordres : l’inertie et la procrastination.

La technique de l’éléphant consiste au contraire à vous concentrer sur les petites tâches/premiers pas qui vous amèneront progressivement vers de grands résultats.

La méthode des petites bouchées

Le défi que nous rencontrons est souvent de définir la grosseur des bouchées :

  • Trop grosses et vous risquer l’étouffement.
  • Trop petites et vous aurez le sentiment qu’il faut donner des milliers de coups de fourchette pour arriver à terme de ce repas gargantuesque.

Je vous renvoie donc à 3 outils et pratiques clés de gestion de votre projet :

  • Le fait de découper votre projet en tâches élémentaires au gabarit approprié, notamment à l’aide de l’organigramme des tâches.
  • Le fait de choisir une première bouchée accessible et stimulante, qui permettra à votre équipe de se mettre en mouvement dès le démarrage.
  • Le fait de définir des jalons intermédiaires, qui vont ponctuer votre projet de réussites (« ça y est, nous avons fini de manger la patte gauche ! »). Ce sont ces petites victoires, célébrées collectivement, qui vous donneront l’envie de persévérer (la persévérance sans réussite se tarie aussi rapidement qu’un ruisseau coupé de sa source).

Et pour ceux d’entre vous qui douteraient encore, rappelez-vous qu’il y a 30000 ans, nos ancêtres les Cro-Magnon, les mangeaient bien, eux, leurs mammouths !

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Fabien RAYNAUD Il y a 5 années

Dans cet aspect découpage d’un gros projet en sous-éléments ou tâches élémentaires, on peut aussi distinguer les tâches qui doivent être fait séquentiellement (et donc établir l’ordre des tâches), et celles que l’on peut paralléliser pour les confier à plusieurs acteurs en même temps et réduire ainsi le temps.

Fabien RAYNAUD
http://www.FabienRaynaud.com

Répondre
    François Debois

    François Debois Il y a 5 années

    @Fabien : oui, l’ingénierie concourante est toujours bienvenue pour accélérer la digestion !

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.