Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.

Ne soyez pas un gnou du management de projet

Par le 12 janvier 2015

Sommes-nous condamnés à succomber systématiquement aux mêmes risques d’un projet à l’autre ?

Pour une meilleure qualification des risques

Cet objet au milieu de la rivière, le chef de projet et son équipe peuvent le percevoir comme une menace (redoutable prédateur) ou comme une opportunité (moyen de traverser la rivière plus facilement).

Il est bien des situations où il est difficile de savoir de quel côté penchera la balance, et les plus joueurs d’entre nous provoqueront l’événement comme on dégoupille une grenade, avec une incertitude totale sur les conséquences de ce geste.

Peut-on envisager d’autres options ? Dans certains cas, il est possible d’investir dans la qualification des risques, afin de bien calibrer leur probabilité de survenance, leur impact, et donc leur criticité (la criticité étant la combinaison des deux premiers paramètres, soit Criticité = Probabilité x Impact). Cette qualification peut prendre la forme d’une étude plus poussée, d’une simulation (par exemple : fabriquer un faux gnou, que l’on va déposer sur le « rondin », ou alors faire venir un zèbre, qui proposera un regard expert sur le sujet), et permettra de prendre une décision raisonnée par rapport au risque.

Mais bien souvent, nous apprendrons dans la douleur, en subissant le risque et les dégâts collatéraux qu’il occasionne sur notre projet. Se faire dévorer une fois, passe encore. Mais que l’ensemble du troupeau y passe, c’est cher payé.

Pour une meilleure capitalisation sur les risques

Plusieurs solutions permettent à l’entreprise d’apprendre de ses erreurs :

  • Sollicitez le « conseiller du prince » : il existe un collaborateur ayant contribué à l’échec d’un projet, car il n’a pas su détecter ou gérer un risque très critique. Plutôt que de l’écarter des projets similaires, intégrez-le dans votre équipe ! Son degré de vigilance par rapport aux risques sera plus élevé que celui des équipiers qui n’ont connu que des succès.
  • Vitalisez votre checklist de risques : à la fin de chaque projet, complétez votre checklist avec tous les risques rencontrés sur votre projet, et transmettez-là aux autres chefs de projets, qui se chargeront à leur tour de l’alimenter. Vous contribuerez ainsi à l’intelligence collective de l’entreprise.
  • Profitez de la réunion de clôture du projet pour capitaliser.

Comme le disait Oscar Wilde : « l’expérience, c’est le nom que chacun donne à ses erreurs ». A condition de s’en rappeler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.